samedi 21 avril 2012

Fragments

L'exposition "L'art du fragment" à la Vieille église de Mérignac (Gironde) est achevée mais elle mérite une trace supplémentaire pour avoir réussi le double pari de brosser-rapidement, le portrait de la notion de fragment dans l'histoire de l'art tout en ayant puisé les pièces dans les collections des institutions muséales des environs (Musée des Arts décoratifs de Bordeaux, Frac Aquitaine, Musée d'Aquitaine).



Fragment accidentel ou conventionnel, geste suspendu de l'artiste, composition ou encore démarche créative, le fragment était, lors de cette exposition, dans tous ses états. Une portion de retable côtoyait ainsi un Portrait d'Emile Zola (par Jean Achard) et des études au fusain de Pierre Albert Bégaud.

Les pièces contemporaines étaient largement  représentées, et matérialisaient ce pont entre histoire de l'art et les techniques et préoccupations de nos temps.

Ainsi une peinture de Pierre Saxod : représentation d'une cité antique en ruines, l’œuvre est une invocation contredite par les couleurs vives de murs que l'on imagine nos contemporains.


Le choix de la photographe française Kiuston Hallé pour cet accrochage a du se faire plutôt naturellement car l'artiste s'est vue offrir en 2009 une exposition justement intitulée "Fragments" par la galerie Arrêt sur l'image (Bordeaux). Les pièces sélectionnées pour la Vieille église prenaient pour sujet des chantiers de construction, par le truchement de l'extraction de morceaux. Motifs tirant vers l'abstraction, un empilement d'escaliers de béton ou un alignement d'outils constituent soudain une "archéologie contemporaine, métaphore à la fois de nos ruines, vestiges, et de nos reconstructions" (Cathy Souladié).

 (seule photo trouvée...)

Lilith de Serge Comte est un autoportrait de l'artiste fusionné avec un visage féminin, imprimé sur 900 Post-it. Formalisation manuelle de pixels ou mur de pétales numériques, trans-genre, l’œuvre transpire l'éphémère, à l'instar de son modèle de chair, sans doute.



Finissons par dire que l'exposition avait été conçue par Barbara Ertlé et Yann Perraud, du Musée Imaginé. Le duo a créé une association visant à familiariser le public avec l'histoire de l'art et la création contemporaine, à travers des expositions à cheval entre art et patrimoine. Des  cours, conférences et visites commentées font aussi partie de ce programme de sensibilisation, qui peut intervenir en milieu scolaire.


Ville de Mérignac
Le Musée imaginé

Aucun commentaire: